COMPRENDRE UNE LANGUE POUR ACCÉDER À SES DROITS

A partir de mon expérience au sein d’un CPAS, j’ai été interprète lors de certains entretiens avec des bénéficiaires. Je trouve que le rôle de l’interprète est très important, surtout pour les nouveaux arrivants qui ne parlent pas la langue.

Au début quand les réfugiés arrivent en Belgique et commencent à faire leurs démarches pour avoir l’aide sociale et les autres droits, ils ne connaissent personne et doivent se débrouiller tout seul. Ils sont perdus face à toutes les démarches à entreprendre. Le premier entretient avec l’assistant social est décisif pour le bénéficiaire. S’il n’est pas accompagné d’un interprète il n’arrive pas à comprendre tous les règlements, les consignes et ses droits.

J’avais déjà l’occasion de voir la situation très difficile d’un bénéficiaire qui assiste pour la première fois à l’entretien. Il était complètement perdu car il ne comprenait aucun mot de ce que l’assistante sociale lui disait. À la fin de l’entretien quand l’assistante sociale lui a demandé s’il avait bien tout compris, le bénéficiaire a dit : « Oui, oui, oui ». Alors que moi je savais bien qu’il n’avait rien compris et il disait cela parce qu’il était intimidé, perdu, c’était sa première rencontre dans un entretien officiel.

Le bénéficiaire a ensuite reçu une lettre chez lui expliquant la visite de l’assistante sociale à son domicile. Mais le bénéficiaire n’a pas à compris ce qu’il y avait dans le courrier. Le bénéficiaire a compris le contraire. Il a pensé que c’était lui qui devait rende visite à son assistant social au CPAS. L’assistant est passé chez lui, mais le bénéficiaire n’était pas là ! Il a raté le rendez-vous, ensuite il n’a pas pu bénéficier des aides financières à cause de l’ignorance de la langue et qu’il n’était pas accompagné d’un interprète.

Le rôle de l’interprète est essentiel pour aider les gens à commencer leur vie en Belgique.

Texte rédigé et lu par Hazar lors de l’atelier-débat « Mobilité des compétences des personnes migrantes: opportunités d’inclusion socioprofessionnelle en économie sociale et solidaire », 18 décembre 2018, Liège.